CRLL - Centre régional des lettre et du livre
Georgia, de Julien Delmaire

« Une romance moderne », c’est ainsi que Julien Delmaire définit son premier roman. De l’amour il y en a dans Georgia, mais pour le mélo, on repassera…

La vie de Venance a la couleur grise des pavés sur lesquels se fracassent ses rêves d’émigré sénégalais, travailleur sans papiers, pauvre hère perdu dans la jungle urbaine d’un monde qui le rejette par tous ses pores. Sur les berges du fleuve qui l’a vu naître, à Guet N’Dar, le quartier misérable des pêcheurs de Saint-Louis-du-Sénégal, ou dans cette ville bien française, mais sans nom, où il arrive déjà « la mort aux talons, un désir secret dans la boucle de sa ceinture », sa vie ne brillera qu’un court instant, comme le reflet du soleil brièvement capté par un éclat de verre, à la faveur d’une rencontre fugace.

C’est par hasard qu’il tombe sur Georgia. Qu’il tombe amou- reux. En tombant, se brise le dernier espoir d’un homme acculé. Georgia la sauvageonne, la camée, la paumée, aura traversé son existence éphémère comme un refrain entêtant, dont on ne maîtrise jamais ni l’air ni la chanson…
Issu de la scène slam, Julien Delmaire se définit lui-même comme un poète de l’oralité. Après avoir écrit plusieurs recueils de poésie, ainsi que des pièces de théâtre, il revendique désormais l’étiquette d’écrivain et moins celle de slameur. Sans rejeter cette dernière pour autant. « C’est le slam qui m’a ouvert à la littérature, qui m’a encouragé à lire et écrire », avoue t-il.
C’est la « souplesse » du roman, ajoute t-il, qui l’a encouragé dans cette voie. « Une forme syncrétique qui permet d’intégrer la poésie et tout aussi stimulante et créative », précise-t-il. Un genre qu’il a abordé moins comme une ambition que comme une expérience. « J’ai découvert que le premier jet est formidable, mais que l’écriture, c’est surtout la réécriture. » Une expérience au long cours puisqu’il a consacré près de cinq ans à ce premier opus.
« Entre les deux scènes, deux trains, deux couches culottes », raconte ce jeune papa lillois, sollicité en France et à l’étranger, notamment au Sénégal, pour des ateliers d’écriture.

Julien Delmaire revendique d’avoir écrit un roman d’amour. Il a même voulu lui donner une dimension presque onirique, en s’attachant par exemple à la magie de la rencontre entre ces deux déracinés, en jouant sans cesse sur la musicalité du langage pour traduire la subtilité des sentiments. Il signe surtout une œuvre au noir, où brûlent les êtres et les âmes dans le grand creuset de la marginalité.

- Marie-Laure Fréchet

Grasset
août 2013
ISBN : 978-2246808954
256 pages – 17 €

Article paru dans le n° 14 de la revue Eulalie - Octobre 2013

Imprimer
Rédigé le 22 October 2013 par Le CRLL, actualisé le 12 November 2013
« Désir et frus­tra­tion » C’est dans l’arti­cle consa­cré aux éditions Cours tou­jours que Dominique Brisson dési­gne ainsi les deux éléments fon­da­men­taux qui ont pré­sidé à la créa­tion de cette belle maison, il y a de cela sept ans, (...) « Un enfant qui lit est un enfant sauvé » À en croire les pro­mes­ses de l’intel­li­gence arti­fi­cielle (pro­non­cez « i-a » pour en être) ou ses mena­ces (pro­non­cez « eh ! aïe ! », à l’amé­ri­caine) et à l’heure des algo­rith­mes, la notion même d’auteur (...) Eulalie n°28 - décem­bre 2018 Selon la défi­ni­tion consa­crée, dans une revue, l’éditorial reflète une orien­ta­tion géné­rale. Ici, par­lons d’orien­ta­tion « régio­nale » puisqu’il s’agit de la revue de l’Agence régio­nale du Livre et de la (...) « Et les fruits pas­se­ront les pro­mes­ses des fleurs... » Que de rendez-vous, de sug­ges­tions de lec­ture, d’invi­ta­tions aux ren­contres et au par­tage dans ce numéro 27 d’Eulalie ! Saison des récol­tes et des ven­dan­ges, l’automne a aussi vu s’épanouir les (...)