CRLL - Centre régional des lettre et du livre
La Maison de la poésie Nord - Pas de Calais peut enfin diffuser son prix Nobel

« Le 3 octobre 1996, le prix Nobel de littérature est décerné à Wislawa Szymborska. Venu de Suède, un tourbillon médiatique s’abat sur Beuvry et la Maison de la poésie régionale, qui avait édité auparavant un recueil bilingue de la poétesse polonaise. Dix-huit ans après, l’aventure continue.

Véronique Trinel n’a pas besoin d’une DeLorean pour voyager dans le passé. Bien assise dans la bibliothèque de la Maison de la poésie, le souvenir de ce matin d’octobre 1996 est intact.
« On reçoit un appel téléphonique : C’est Europe 1 ! Vous venez d’obtenir le prix Nobel de littérature, vous allez passer à l’antenne… Nous, on se dit : C’est une blague ! Et on raccroche », explique la directrice de la Maison de la poésie. Le téléphone sonne à nouveau. « C’est Europe 1, dans 30 secondes vous êtes en direct ! »
Et là ? « Là ? C’est la panique ! », sourit Véronique Trinel. Dans la foulée, M6 et ses caméras débarquent dans le domaine de Bellenville. Le fax crache des demandes.

Le but de la Maison de la poésie est de faire connaître par ses éditions des auteurs étrangers. En ce milieu des années 90, dans ses rayons, il manque un pays, la Pologne, alors qu’une importante communauté polonaise vit dans le bassin minier. Le choix se porte sur une illustre inconnue, Wislawa Szymborska. En 1995, le projet se précise par un recueil bilingue. En avril, un contrat part de Beuvry pour la Pologne. Wislawa Szymborska met un certain temps à répondre, elle le fait de manière laconique. « Quelques mots… mais rien de concret juridiquement », explique Véronique Trinel.
Le recueil est édité tout de même, « on pensait que le contrat serait retourné dans la foulée » se souvient-elle. Sauf que… « l’auteur n’a jamais renvoyé le contrat », précise la directrice. Entre-temps, l’annonce du prix Nobel tombe.

1 800 exemplaires
Après l’euphorie, c’est le terrible effet du soufflé au fromage qui retombe. Les éditions Fayard achètent les droits d’auteur et la Maison de la poésie est sans nouvelle de Wislawa Szymborska, même par l’intermédiaire des traducteurs. Que faire des ouvrages édités et interdits à la diffusion ? « On a décidé de prendre soin de ce petit trésor et on a stocké à droite et à gauche », précise Véronique Trinel. D’autant que Fayard sortira bien un livre mais il n’est pas identique à celui primé par l’académie suédoise. Le succès n’est pas au rendez-vous… Les années passent mais Véronique Trinel n’en démord pas. Il y a quelque temps, elle envoie un courrier à Wislawa Szymborska, pour « obtenir l’autorisation de vendre les 1 800 exemplaires qu’il nous reste ».

En retour, un mail de deux lignes : « Elle ne s’opposait pas à la diffusion. » C’était en décembre 2009 et Wislawa Szymborska décède en janvier 2010. Pas de contrat signé et retour à la case départ. Véronique Trinel se tourne alors vers la fondation qui porte le nom de l’auteure, avec l’aide de la Maison de la Polonia à Liévin et d’Henri Dudzinski, consul honoraire de Pologne.
En mars 2015, Véronique Trinel décroche un accord lors du Salon du livre de Paris, qui met Wislawa Szymborska à l’honneur. Enfin. Le prix Nobel trouvé et édité par la Maison de la poésie Nord - Pas-de-Calais peut être vendu.

Wislawa Szymborska, Dans le fleuve d’Héraclite, 25 €.
Contact : Maison de la poésie, 03 21 65 50 28 ou mapoesie.npdc wanadoo.fr »

Article de David Ciernak publié sur le site de La Voix du Nord le 24 octobre 2015.

Retrouvez la Maison de la poésie Nord - Pas de Calais sur Facebook ou sur leur site internet.

Imprimer
Rédigé le 26 octobre 2015 par Le CRLL
Le Couverture numéro 5 a besoin de vous ! La Chienne , éditions under­ground et small press, bien connue du pay­sage lil­lois, lance un nouvel appel à sous­crip­tion pour le n°5 de Couverture, son gra­ph­zine por­tant sur le thème des Colonies (...) L’ombre d’antan : récits de la Grande Guerre Inukshuk éditions, nou­velle venue dans le pay­sage éditorial du Nord - Pas de Calais, a pour objet l’édition de bande-des­si­nées. En vue de leur pre­mière publi­ca­tion, L’ombre d’antan : récits de la (...) Assises du livre de l’édition fran­co­phone et suisse du Salon du livre et de la presse de Genève Un compte rendu pro­fes­sio­nel sur l’édition 2017. La Contre allée fête ses dix ans En 2018, La Contre Allée fêtera ses 10 ans. Oui, déjà ! La Contre Allée est une maison d’édition qui s’inté­resse tout par­ti­cu­liè­re­ment au deve­nir et à la condi­tion de l’indi­vidu au cœur de nos socié­tés (...)