IMPRIMER FERMER
Alain Chopin

Biographie
Bibliographie
Extraits


Biographie

Spécialité : Roman, nouvelles

Alain Chopin est né en 1946 à Lannion dans les Côtes d’Armor. Il est arrivé à Lille en 1967 et y est depuis installé. Il a enseigné le français dans différents lycées professionnels de la région du Nord. Il s’est intéressé à la conception du métier d’enseignant et a participé à la formation des maîtres en IUFM. Il est aujourd’hui impliqué dans la vie lilloise à travers plusieurs associations, dont Mémoires du travail dont il est le Président. Cette association organise des journées d’étude sur la façon dont ces mémoires, si présentes dans le Nord, peuvent être réinvesties dans la conception des projets qui vont déterminer l’avenir.

Son livre : Flaubert est un blaireau est composé d’une soixantaine de courtes nouvelles.

C’est un peu comme si, à travers une porte restée ouverte au fond de la salle, on assistait à la rencontre, par toutes sortes de cheminements, parfois très surprenants, entre le professeur, ses élèves et des textes littéraires classiques ou très contemporains. En filigrane, des questions autour desquelles l’auteur invite à réfléchir et en particulier celle-ci, si fondamentale : Quelle représentation les enseignants ont-ils de leur métier aujourd’hui ? Qui sont-ils ? Et qui sont leurs élèves ?

Bibliographie

- il la regarde, éditions Dialogues.fr, 2011
- Flaubert est un blaireau, éditions Dialogues.fr, 2010

Extraits

Qui a passé un bon week-end ? Qui a passé un bon week-end ? Levez la main. Qui a passé un mauvais week-end ? Et vous, Monsieur, vous avez passé un bon week-end ? Je réponds oui, souvent, en ajoutant un détail ou deux : un beau film, par exemple Clean d’Olivier Assayas, un beau livre, par exemple Terminal Frigo de Jean Rolin, une balade, par exemple en vélo le long des berges de la Deûle. Quelquefois je réponds non, quand vraiment ça a été un week-end de merde, qu’il a plu toute la journée, qu’il n’y avait rien au ciné. Ils rient, ils voient que ça n’arrive pas qu’à eux. Donc Céline, un bon week-end pour vous ? Oui, Monsieur, super, elle raconte un peu et vous Alicia ? Je me suis éclatée, Monsieur, mais c’est trop court. Et vous Nicolas ? Il ne dit rien, me regarde, l’air fatigué, l’air de laissez-moi tranquille, s’il vous plaît Monsieur, je dois finir ma nuit. Aller les chercher, un par un parfois, passer le temps qu’il faut pour établir le contact. Jusqu’à les sentir là, présents, attentifs, en attente de ce qui va se dire. Savoir aussi laisser tomber quand, pour l’un ou l’autre, voire pour tous, ça n’est pas possible à cette heure là, ce jour là, comme le vendredi soir, par exemple, après deux heures de sport. Là, j’apporte des bouteilles d’eau, on parle un peu, j’essaie de faire un tout petit quelque chose avec les plus résistants, je laisse les autres tranquilles. Il y a une odeur de sueur dans toute la classe. Deux heures de sport, on se rhabille, pas de douche. Ce sera pour plus tard, à la maison. Certains dorment sur leur table, d’autres parlent doucement ? Ca sonne. Tout le monde retrouve de l’énergie pour se précipiter hors de la salle. Au revoir Monsieur, passez un bon week-end.

Amoureux Il est plus calme maintenant. On dirait que ça ne l’intéresse plus de faire du bruit dans la classe, de s’agiter, de chercher le conflit. Ca sonne, je vais jusque la porte, j’ouvre, je dis vous pouvez sortir. Un petit mot pour chacun. A demain, passez une bonne journée… Elle est déjà là. Elle l’attend. Il va vers elle, la regarde, l’embrasse gentiment. Ils s’éloignent dans le long couloir sans âme. Parfois je les vois, marchant relié par un cordon au même lecteur mp3, écoutant la même musique. Il a acheté une assez grosse moto qu’il gare derrière le lycée près du parking des profs. Le soir, à la sortie des cours, elle est debout, près de la moto, son casque à la main. Il la rejoint et ils partent.

Rédigé le 31 March 2011 par Le CRLL, actualisé le 16 January 2012

Document lié à cet article :

a-chopin.jpg : JPEG - 15.9 kb