IMPRIMER FERMER
L’enquête sur les librairies-papeteries-presse, comme en parle Livres Hebdo

« Auteur l’an dernier d’un premier état des lieux de la librairie indépendante (1), le Centre régional des lettres et du livre en Nord-Pas-de-Calais (CRLL) en produit ce printemps une suite. Restituée publiquement courant juin, l’étude sur "les petits points de vente du livre" analyse le réseau secondaire de la région composé des librairies-papeteries-presse, des commerces multiproduits ayant une offre de livres, des boutiques de musées ou des offices de tourisme et qui "échappent traditionnellement à de nombreuses études régionales alors qu’ils constituent un maillon bien réel de la chaîne du livre", explique Céline Telliez, chargée de l’économie du livre au CRLL et auteure du document.

Analysant 49 points de vente, l’étude montre que ces structures, situées à 55 % dans les centres des villes de moins de 10 000 habitants, assurent, "notamment pour le livre jeunesse, un service de proximité indispensable dans des zones dites blanches comme entre Arras et la Côte d’Opale, où aucune librairie indépendante n’est installée", relève Céline Telliez. Pilotées majoritairement par un gérant seul ou avec un salarié, très peu formés au métier de libraire, elles dégagent pour moitié un chiffre d’affaires global inférieur à 200 000 euros et un CA livre qui peine à s’élever au-delà de 60 000 euros, réalisé en majorité par les best-sellers, les poches et les livres jeunesse. Pourtant, "loin d’être négligeable, le livre constitue souvent un produit d’appel et une porte de sortie pour ces magasins confrontés au recul de la presse", pointe Céline Telliez.

Un accompagnement sur la composition des assortiments et la mise en valeur de l’offre en livres représente donc une piste pour amender le dispositif de soutien spécifique lancé en 2015 par le CRLL et dont la révision "constitue l’autre enjeu de cette étude", signale la chargée de l’économie. Il s’agit aussi de pallier d’autres fragilités inhérentes à ces points de vente, comme la faiblesse des remises ou un certain isolement, et affermir ainsi, face à ses concurrents directs que sont les hypermarchés et Internet, un réseau complémentaire de la librairie indépendante.

Cécile Charonnat

(1) Voir LH 1039, du 24.4.2015, p. 28.

Ouvrages de jeunesse, poches et best-sellers sont les plus vendus dans le réseau secondaire du livre en Nord-Pas-de-Calais. »

(Livres Hebdo)

ERRATUM : les boutiques de musées et les offices de tourisme ne font pas partie de l’effectif.

Rédigé le 6 June 2016 par Le CRLL